L’armée du pape

Aujourd’hui symbolisée par la pittoresque Garde suisse, l’armée du pape n’a pas toujours été que symbolique : pendant des siècles, on dut composer avec sa puissance en Italie. Dès 1049, le pape Léon IX prend la décision de doter l’État pontifical d’une force armée capable de défendre Rome et ses cités vassales comme Urbino, Ancône, Spoleto, Perugia d’agressions extérieures et de réprimer les éventuels soulèvements … Continuer de lire L’armée du pape

Lasalle avec ses officiers devant Stettin en 1806

Comment faire tomber une forteresse… quand on n’en a pas les moyens ?

Presque tout le monde connaît, du moins de nom, l’invraisemblable stratagème d’Ulysse, chef des Grecs, pour entrer dans la cité de Troie et s’en emparer lors de la guerre éponyme. Le fameux Cheval de Troie est entré dans la légende. Or, certains grands chefs de guerre ont parfois réalisé des exploits semblables à celui d’Ulysse… Nous sommes en 1373. La guerre de Cent Ans bat … Continuer de lire Comment faire tomber une forteresse… quand on n’en a pas les moyens ?

Louis IX débarquant en Égypte

La bataille de Mansourah, 1250 : Saint Louis est piégé par les Mamelouks d’Égypte

C’est en ces termes que le téméraire roi de France Louis IX, 35 ans, s’adresse, début juin 1249, au sultan du Caire Ayyoub, 42 ans : « Je t’ai déjà fait parvenir de nombreux avertissements dont tu n’as pas tenu compte. Désormais, ma décision est prise : je vais attaquer ton territoire, et même si tu faisais acte d’allégeance à la Croix, je ne changerais … Continuer de lire La bataille de Mansourah, 1250 : Saint Louis est piégé par les Mamelouks d’Égypte

épée

Quand l’épée-arme devient épée-symbole

L’imagination de l’homme est sans limite lorsqu’il s’agit d’inventer de nouveaux outils lui permettant de tuer plus efficacement ses proies à la chasse ou ses ennemis à la guerre. En témoigne l’incroyable variété des types d’armes, et l’extrême difficulté à les classifier. Les nombreuses études sur les armes se concentrent sur un type d’armes (armes à feu, armes blanches, armes nucléaires…), ou sur une période … Continuer de lire Quand l’épée-arme devient épée-symbole

Représentation de Dagobert du XIXe siècle par Emile Signol, 1842. Nous y retrouvons les attributs royaux des Mérovingiens, comme la barbe et les cheveux longs, signes de puissance (le mund), la couronne inspirée du modèle byzantin, le manteau de pourpre et l’épée en or dont le pommeau est un bec d’oiseau (ce sont en réalité les objets qui ont été retrouvés dans la tombe du père de Clovis, Childéric Ier, au XVIIe siècle).

18 octobre 629 : Dagobert Ier, roi des Francs

Outre Clovis Ier (486-511), Dagobert Ier (629-639) est sans doute le roi mérovingien le plus connu dans la culture populaire. La chanson parodique de la seconde moitié du XVIIIe siècle – encore chantée par les enfants – Le Bon roi Dagobert en est la principale cause. Mais qui était ce personnage décrit dans les nombreuses strophes de cette chansonnette ? Le royaume mérovingien avant le … Continuer de lire 18 octobre 629 : Dagobert Ier, roi des Francs

25 octobre 1415 : la bataille d’Azincourt

« Ah, destinée très dure, et maudite journée douloureuse, mauvaise fortune qui toute ma joie a tourné en déconfort ! Hélas ! Celui que j’aimais tant et si fort y trouva la mort. […] Or, c’est une mort honorable pour lui, et douloureuse pour moi. » Adapté du Livre des Quatre Dames d’Alain Chartier, poème écrit peu après la bataille d’Azincourt. Le matin de la … Continuer de lire 25 octobre 1415 : la bataille d’Azincourt

la bataille d’Ichi no Tani

Le clan Taira et le conflit de Genpei : la fin d’un régime (4/4)

À travers nos trois précédents articles de ce dossier, nous avons étudié la manière dont le clan Taira s’était hissé au pouvoir grâce à des conflits armés, l’instauration de systèmes économiques et religieux, ou encore des relations matrimoniales. De cette manière, leur chef, Taira no Kiyomori 平清盛 (1118-1181), a tenté de mettre en place une lignée impériale Taira et de légitimer la place de son clan au sein de la haute aristocratie. Continuer de lire Le clan Taira et le conflit de Genpei : la fin d’un régime (4/4)

La chanson de geste en France

Le sous-genre de l’épopée que nous appelons « chanson de geste » ou « geste », du latin gesta (« hauts faits »), est un poème versifié formé de laisses[1] de longueur variable, mono-assonancées ou mono-rimées[2], dont le mètre fut originellement le décasyllabe, mais devint majoritairement l’alexandrin dans les chansons plus tardives[3]. Des procédés de reprise ou de parallélisme assurent la continuité du récit et l’enchaînement entre les laisses. De forme … Continuer de lire La chanson de geste en France

Représentation de la bataille de la rivière Uji, les Taira (à gauche) attaquant les troupes de Minamoto no Yorimasa (à droite) sur le pont et traversant la rivière

Le clan Taira et le conflit de Genpei : les premières remises en question du régime Taira (3/4)

Dans les deux premières parties de notre dossier, nous nous étions penchés sur la manière dont le clan Taira, et notamment son chef, Taira no Kiyomori 平清盛 (1118-1181), s’était hissé au pouvoir grâce à ses relations avec le « régime de la maison de l’empereur retiré », l’insei 院政, sa participation à des conflits guerriers et la réutilisation à son compte de systèmes politiques, matrimoniaux, économiques et religieux. Continuer de lire Le clan Taira et le conflit de Genpei : les premières remises en question du régime Taira (3/4)

Robert, duc de Normandie, lors du siège d'Antioche, 1097-1098 ; J.J. Dassy, 1850, « Croisades, origines et conséquences. »

La première croisade (1095-1099)

Ce qu’on appela a posteriori « La première croisade » est un appel au pèlerinage armé pour délivrer le Saint-Sépulcre lancé par Urbain II en 1095 lors du Concile de Clermont. Le discours du pape reste assez vague, car il n’a été transcrit que quatre ans plus tard par quatre témoins différents, lorsque cette première Croisade prit fin, en 1099. La première Croisade est-elle une … Continuer de lire La première croisade (1095-1099)