ROUSSILLON Sylvain, 1812, le conflit méconnu.

L’Autre guerre d’indépendance. 1812, histoire de la deuxième guerre américaine – ROUSILLON Sylvain

En 1812, les États-Unis ont failli disparaître sous les coups des Red Coats. La jeune république ne comptait en 1783 que 87 soldats réguliers, et l’effectif de l’US Army s’élevait en 1802 à 3 220 militaires, sans cavalerie, jugée trop onéreuse par le président Jefferson. Divisés entre les partis fédéraliste et démocrate-républicain, les États-Unis abritent encore 450 à 500 000 loyalistes, et 70 000 se sont réfugiés au Canada. Sans égards pour la neutralité de Washington, la Royal Navy a capturé et enrôlé de force 10 000 matelots et citoyens américains. Le 22 juin 1807 une frégate anglaise tire sans sommation sur un vaisseau de l’US Navy. Continuer de lire L’Autre guerre d’indépendance. 1812, histoire de la deuxième guerre américaine – ROUSILLON Sylvain

13 septembre 1759 : la bataille des Plaines d’Abraham ou le glas de la Nouvelle-France

Il y a environ 260 ans, au sud de Québec, sur les rives du Saint-Laurent, se jouait l’avenir de la Nouvelle-France convoitée par les Anglais. La Guerre de Conquête, ou French and Indian War, qui avait éclaté en 1754 en Amérique et avait déclenché deux ans plus tard la Guerre de Sept Ans en Europe, avait pour enjeu territorial la suprématie sur l’Amérique du Nord. … Continuer de lire 13 septembre 1759 : la bataille des Plaines d’Abraham ou le glas de la Nouvelle-France

La guerre russo-turque de 1768 à 1774

La guerre russo-turque de 1768 à 1774

La guerre russo-turque de 1768 est l’amorce d’une expansion considérable de l’Empire russe des Balkans vers les rives de la mer Noire, modifiant ainsi l’équilibre géopolitique de la Méditerranée orientale au XVIIIe siècle. Deux aspects caractérisent ce conflit : la volonté russe d’obtenir une ouverture sur la mer Égée, et le retard militaire de l’Empire ottoman par rapport aux autres empires. En effet, les Ottomans … Continuer de lire La guerre russo-turque de 1768 à 1774

Robert Roy MacGregor dans le film de 1995 et réalisé par Michael Caton-Jones, armé de deux pistolets © Allociné - MGM

Rob Roy, un film représentatif de l’effacement progressif de la société et de la culture écossaise au XVIIIe siècle ?

Un film permettant d’interroger l’historiographie sur la question des rapports entre populations, pouvoir central et pouvoirs locaux et la place du 7e art dans la représentation historique La question du rapport entre les populations locales, mais aussi entre les pouvoirs locaux et les pouvoirs centraux est un sujet qui a déjà fait couler beaucoup d’encre chez les historiens français et notamment chez les spécialistes de … Continuer de lire Rob Roy, un film représentatif de l’effacement progressif de la société et de la culture écossaise au XVIIIe siècle ?

La figure de Napoléon au cinéma : entre hagiographie et caricature, la rigueur historique

« Ce siècle avait deux ans. Rome remplaçait Sparte.Déjà Napoléon perçait sous Bonaparte,Et du Premier Consul déjà par maint endroitLe front de l’empereur brisait le masque étroit. »[1] La figure de Napoléon Bonaparte n’en finit pas de briser le carcan qui cherche à l’enserrer. Comment, en effet, contenir en un poème, en un volume, en une anthologie les œuvres de Napoléon ? Aucun art n’a fait exception à … Continuer de lire La figure de Napoléon au cinéma : entre hagiographie et caricature, la rigueur historique

L’emploi de la variole pour tuer les Amérindiens du Fort Pitt (1763)

Les traces du passé nous ont montré que l’existence de l’utilisation d’armes biologiques fut bien réelle même s’il est parfois plus difficile de prouver sa réussite que son intention. En empoisonnant les pointes des flèches ou les sources d’eau grâce aux cadavres en décomposition[1], les Grecs faisaient état des premières techniques de déstabilisation de l’ennemi il y a 2400 ans. La putréfaction des cadavres humains … Continuer de lire L’emploi de la variole pour tuer les Amérindiens du Fort Pitt (1763)

La bataille de la baie de Quiberon, tableau de Nicholas Pocock, 1812, National Maritime Museum

20 novembre 1759 : quand un projet d’invasion de l’Angleterre tombe à l’eau

Si l’année 1759 est qualifiée par les Anglais d’annus mirabilis (année miracle), elle devient logiquement et par opposition une annus horribilis (année horrible) pour le royaume de France. En effet, cette année marque un tournant majeur dans la guerre de Sept Ans : l’armée de Louis XV subit d’importantes défaites face aux Prussiens, Britanniques et Hanovriens, autant en Europe qu’en Amérique du Nord. Le 20 novembre, … Continuer de lire 20 novembre 1759 : quand un projet d’invasion de l’Angleterre tombe à l’eau

Le passage du pont de Lodi (Source-Huile sur toile de Louis-François Lejeune, Château de Versailles, RMN-Images d’art).

Bonaparte au pont de Lodi, mai 1796, ou comment naissent les Légendes

En cette toute fin d’avril 1796, le feld-maréchal autrichien Beaulieu, commandant les armées autrichiennes d’Italie du nord, n’y comprend rien : tous ses rapports sont accablants, désespérants, incompréhensibles ! Mais que l’on vienne lui dire qui est cet inconnu, ce Buonaparte, qui, depuis une vingtaine de jours, se permet de voler de victoire en victoire contre les alliés piémontais d’abord, contre les troupes impériales autrichiennes ensuite ? Qui … Continuer de lire Bonaparte au pont de Lodi, mai 1796, ou comment naissent les Légendes

Le soutien santé de l’armée du Roi lors de la campagne de Bohême

Etude sur le fonctionnement des hôpitaux fixes et de l’hôpital ambulant, qui prévalait avant l’ordonnance du premier janvier 1747. Les plaies par armes à feu et par éclat de boulets et de bombes, sont l’objet de nombreux ouvrages de chirurgie[1]. Depuis le XVIe siècle et à l’aube du XVIIIe siècle, un chirurgien, est intégré dans chaque régiment[2]. Parallèlement, un entrepreneur est lié au Roi par … Continuer de lire Le soutien santé de l’armée du Roi lors de la campagne de Bohême

La « petite guerre » en Amérique du Nord durant la Guerre de Sept Ans (1756-1763)

Il n’est pas aisé de tracer la limite dans les évolutions de l’art de la guerre moderne occidental : certes la coopération entre Européens et acteurs locaux non-européens est désormais bien établie, et n’est d’ailleurs qu’une variation dans une constante historique[1], dans le sens de coopération avec des acteurs externes à sa propre conception de la guerre, de ses buts et des moyens de la mener … Continuer de lire La « petite guerre » en Amérique du Nord durant la Guerre de Sept Ans (1756-1763)