Impossible n’est pas Mapuche : Lautaro et la guerre des Mapuches du Chili en 1553-1557 ou  la première vraie défaite d’une puissance européenne au Nouveau Monde

Le 12 Février 1541, Pedro Gutierrez de Valdivia, après un périple de plus de 3000 kilomètres  depuis Lima au Pérou, fonde ce qui deviendra Santiago du Chili prenant possession, au nom du roi d’Espagne, Charles Quint, de toutes les terres amérindiennes situées en bordure du Pacifique sud. Faisant parti des Conquistadores de la seconde vague, celle partie en ayant entendu les récits incroyables de Cortez … Continuer de lire Impossible n’est pas Mapuche : Lautaro et la guerre des Mapuches du Chili en 1553-1557 ou  la première vraie défaite d’une puissance européenne au Nouveau Monde

Entre traditions et « modernité » : Grandeur et dépendances du royaume du Kongo

La fin du XVe siècle renvoie logiquement aux Grandes Découvertes, aux grandes puissances européennes à la conquête du monde, avantagées par leur supériorité technologique. En quelque sorte, l’image d’épinal de Cortès et ses conquistadors, renversant l’Empire Aztèque à la pointe de leurs épées et de leurs arquebuses. Sans être totalement fausse – l’armement et les doctrines procurant effectivement un avantage – cette vision demeure bien … Continuer de lire Entre traditions et « modernité » : Grandeur et dépendances du royaume du Kongo

Une histoire de poudre et d’acier : la bataille de Nagashino ou le triomphe de la modernité ?

28 juin 1575, 3e année de l’ère Tenshō, 5 heures du matin. Après une nuit de pluie torrentielle, le soleil se lève sur l’étroite plaine de Shitaragahara, encore recouverte d’une légère brume matinale. On devine, tout à fait au centre, les rizières bordant le lit de la rivière Rengo, inexploitées depuis le début du siège. Bientôt, à la mélopée de l’eau, s’ajoutent le bourdonnement d’un … Continuer de lire Une histoire de poudre et d’acier : la bataille de Nagashino ou le triomphe de la modernité ?

Editorial : la modernité, un pari risqué ?

Ce que l’on appelle en France l’”époque moderne”[1] est caractérisée par l’essor de l’idée d’Etat-nation et le début d’une proto-mondialisation. Le développement et le renforcement des Etats européens ont permis à ces derniers de se projeter au delà du Vieux Monde et de se confronter à d’autres cultures, d’autres espaces. Ces flux et contacts entre peuples ont nécessairement abouti à des rapports de domination et/ou … Continuer de lire Editorial : la modernité, un pari risqué ?