Kriegsmanual de Wallhausen (1616)

L’influence de la pensée militaire antique dans la réforme oranienne : entre appel au passé et recherche de solutions nouvelles

Introduction La transmission du savoir est une des constantes du métier de militaire, marqué par une grande profusion de gestes techniques à maîtriser. Pour l’homme du rang, ce panel va du maniement des armes individuellement ou en groupe (section, compagnie, régiment…) en passant par les actes de survie élémentaires comme le pansage des blessures ou le nettoyage des armes et équipements. Le chef de guerre … Continuer de lire L’influence de la pensée militaire antique dans la réforme oranienne : entre appel au passé et recherche de solutions nouvelles

napoleon-passe-en-revue-la-garde-iena-octobre-1806-vernet

Napoléon Bonaparte et le système divisionnaire

« La meilleure stratégie consiste à toujours être très fort ; d’abord en général et ensuite au point crucial. C’est pourquoi, en dehors de l’effort nécessaire à la constitution de l’armée, qui n’émane pas toujours du général, la stratégie ne connaît pas de loi plus haute et plus simple que celle-ci : concentrer ses forces. »[1] Ces principes, développés par Clausewitz dans son ouvrage De la guerre, témoignent sans … Continuer de lire Napoléon Bonaparte et le système divisionnaire

Henri IV à la tête de ses troupes (Source-New York Public Library Digital Collection)

Fontaine-Française, 1595 : Henri IV joue sa vie contre son panache !

« Dans bien des affaires, j’ai combattu pour la victoire ; mais à Fontaine-Française, j’ai combattu pour la vie. » (Le roi de France Henri IV suite au combat de Fontaine-Française) Le 22 mars 1594, Paris valant bien une messe, le nouveau roi de France, Henri IV de Bourbon, 41 ans, entrait enfin à Paris, capitale d’un royaume de France, se soumettant peu à peu à l’autorité de … Continuer de lire Fontaine-Française, 1595 : Henri IV joue sa vie contre son panache !

Editorial : la modernité, un pari risqué ?

Ce que l’on appelle en France l’”époque moderne”[1] est caractérisée par l’essor de l’idée d’Etat-nation et le début d’une proto-mondialisation. Le développement et le renforcement des Etats européens ont permis à ces derniers de se projeter au delà du Vieux Monde et de se confronter à d’autres cultures, d’autres espaces. Ces flux et contacts entre peuples ont nécessairement abouti à des rapports de domination et/ou … Continuer de lire Editorial : la modernité, un pari risqué ?

Que fête-t-on le 11 novembre?

Le jour de la Saint Martin (saint patron des soldats), le 11 novembre 1918, à la onzième heure d’une journée automnale: les cloches sonnent à la volée. L’armistice est signé, la guerre semble terminée. Aujourd’hui, nous commémorons cent ans plus tard cette signature. Mais, derrière cette signature se cache beaucoup d’événements que nous devons commémorer. Depuis plusieurs semaines, les polémiques autour des commémorations pullulent. Nous … Continuer de lire Que fête-t-on le 11 novembre?

A l’Est, la guerre sans fin, 1918-1923. Compte-rendu de l’exposition du musée de l’Armée

Le musée de l’Armée (Paris 7e, Invalides) continue sur sa bonne lancée concernant les expositions temporaires. Après les succès des thèmes larges comme « Guerres secrètes » ou « Dans la peau d’un soldat », le musée présente une exposition beaucoup plus précise : cinq années de guerres qui ne sont pas régulières, très peu connues du grand public. La complexité pour comprendre ces conflits peut expliquer pourquoi nous … Continuer de lire A l’Est, la guerre sans fin, 1918-1923. Compte-rendu de l’exposition du musée de l’Armée

Adolf Hitler and Hermann Goering, 1940

[3/4]La dissuasion avant l’ère nucléaire : l’exemple de l’armée française des années 1930 face à l’Allemagne nazie

Partie II: La France et son armée vue par l’Allemagne nazie Nous venons d’observer dans une première partie l’outil militaire français. Nous avons par ailleurs soulevé des imperfections problématiques de celle-ci durant les années 1930. Mais cela ne répond pas à la question de la dissuasion potentielle exercée par cette dernière, vis-à-vis de l’Allemagne nazie. Il faut alors observer comment l’Allemagne nazie percevait la France … Continuer de lire [3/4]La dissuasion avant l’ère nucléaire : l’exemple de l’armée française des années 1930 face à l’Allemagne nazie

Les somnambules. Eté 1914: comment l’Europe a marché vers la guerre (C. Clark)

La Première Guerre mondiale se clôt avec le traité de Versailles signé le 28 juin 1919. L’article 231 déclare l’Allemagne responsable de la guerre. Deux points sont à retenir d’une telle affirmation : la recherche d’un coupable et la négation historique au profit des enjeux politiques du moment, de la part des vainqueurs. En somme, il faut une cause à l’embrasement européen. Cependant, l’Allemagne est-elle … Continuer de lire Les somnambules. Eté 1914: comment l’Europe a marché vers la guerre (C. Clark)