Gengis Khan, du guerrier des steppes au conquérant de l’Eurasie

Il se tourne vers son frère[1], et ordonne : “Sois pour moi des yeux qui voient, des oreilles qui écoutent […]. Que nul n’aille à l’encontre de tes décisions ! Dans toute la nation punit le vol, fais taire le mensonge ; met à mort ceux qui doivent être mis à mort, châtie ceux qui doivent être châtiés”[2]. Puis il dit ces mots : “Et, tandis qu’avec la protection du Ciel éternel je donne une direction à la nation, divise ceux qui ont des parois de feutre, sépare ceux qui ont des portes de bois, partage l’entière nation selon le nom des peuples et donne les en apanages à notre mère, à mes cadets et à mes fils”[3].

Voici les paroles que prononce Cinggis-qan, autrement dit Gengis khan, lors de son intronisation au quriltai[4] de 1206. Après avoir soumis les tribus des steppes dans les années 1190, les Tatars en 1202, le khan des Keraïts en 1203, la confédération Naïman en 1204, Temüjin assoit son autorité sur la Mongolie septentrionale, centrale et occidentale. En cette année 1206, Gengis khan profite donc d’une position de chef militaire et politique désormais incontestable[5], lorsqu’il s’adresse à son frère pour le charger d’une mission de juge suprême, mais aussi de garant de l’empire mongol. Pour le futur maître d’un ulus[6] qui s’étendra des peuples de la Mandchourie à ceux de la Hongrie, l’art de la guerre semble inséparable d’un autre art : celui de gouverner.

Pour ses contemporains occidentaux, Gengis khan, peut-être rappelant le passage d’un fléau jugée de nature divine, présente toutes les caractéristiques d’un envahisseur barbare, au mieux d’un conquérant étranger, à la tête d’une horde de nomades dépourvue de la moindre distinction pour la chose militaire[7], encore moins pour la politique. Pourtant, la victoire sur un nombre varié d’ennemis dans des lieux tout au aussi différents ne demande-t-elle pas un certain degré de stratégie, de tactique et d’organisation ? La fédération des clans des steppes, puis la soumission des peuples vaincus ne requière-t-elle pas un minimum de volonté politique, voire judiciaire[8] ? Si l’on dépasse l’image d’Épinal de l’envahisseur barbare, il est alors intéressant d’observer en détails le khan, figure dominante d’un conquérant de l’époque médiévale asiatique, à la fois chef de guerre et dirigeant politique.

330px-Dschingis_Khan_01.jpg
Gengis khan intronisé au quriltai de 1206 (Wikimedia Commons)

Des causes de l’invasion


L’intronisation de 1206 ne signifie pas la fin de la conquête pour Gengis khan. Loin de là. Après avoir fédéré la majeure partie des peuples des steppes et s’être prémuni de toute résistance par une politique de la peur, ce dernier poursuit les combats. Tout au long du XIII siècle, ses armées se tournent vers les fronts chinois, perses, iraniens et poussent même vers la russie.

Souvent à l’initiative de l’attaque, Gengis khan peut en effet revêtir le rôle d’un assaillant brutal et sans merci, comme en témoigne le conflit contre deux dynasties chinoises. Après avoir écrasé et vassalisé celle des Xia en 1210, il s’en prend l’année suivante aux Jin occidentaux. Ces derniers, rapidement, négocient l’arrêt des combats contre un tribut conséquent d’or et de soie. Le retrait des troupes mongoles n’est cependant que de courte durée, puisqu’en 1212, Gengis khan attaque à nouveau les Jin et assiège leur capitale, Zhongdu. Il ne se retire que deux ans plus tard, emportant avec lui un lourd tribut, et prenant soin de laisser des garnisons sur les cols des montagnes acquis lors de la première invasion. L’empire des Jin finira néanmoins par tombé, à la suite du changement de sa capitale pour Kaifeng, déplacement qui rompt le traité passé avec les mongoles et entraîne une nouvelle intervention du khan de 1215 à 1218[9].

Mongol_Empire_Map2
Empire mongole à la fin du XIII siècle (http://tourdumonde2010.free.fr/wordpresstdm/?p=1807)

Parfois, l’invasion peut se produire en tant que réaction à un affront demandant réparation par la vengeance. Tel est le cas de la première conquête, dès 1219, des pays iraniens. En 1215, Gengis khan semble en effet chercher à privilégier l’établissement de liens commerciaux entre son ulus et la cour du sultan Mohammad II. Il envoie alors à ce dernier une demande de libre circulation[10]. En 1218, une caravane marchande arrive à Utrār, ville sous l’autorité du gouverneur du Khwārazmshāh, qui décide, sur des soupçons d’espionnage[11], de massacrer les commerçants. Le refus de livrer les coupables déclenche de suite un incident diplomatique : pour le pouvoir mongol, cet acte est intolérable, d’autant plus que le sultan fait exécuter l’un des messagers venu demander réparation au nom du khan[12]. Une fois la nouvelle arrivée, Gengis khan aurait confié le commandement de 150.000 cavaliers à son lieutenant Muqali pour envahir l’iran oriental. Celui-ci réussit à prendre la ville d’Utrār, ainsi que Transoxiane et Khorassan. Les populations sont alors massacrée.

Une invincible et irascible horde de guerriers ?


Ces victoires, souvent menés avec un désavantage numérique pour les mongols, ne relèvent pas du hasard. Si les armées du khan écrasent leurs ennemis, c’est parce qu’elles font preuve d’une stratégie, d’une rigueur et d’une discipline rarement égalée  dans les régions où elles livrent bataille[13].

Gengis khan prête une attention toute particulière à cette notion de discipline, qu’il instaure grâce à des grandes règles, sorte de codes de conduite, les jasaq[14]. Ces préceptes, prononcés par le Khan, devaient définir un comportement, la plupart du temps martial, très souvent fondé sur les us et coutume mongols. Deux jasaq parlent ainsi de discipline au sein des armées :

« Au moment d’écraser l’ennemi, nous ne nous arrêterons pas pour le butin. Une fois que nous les aurons complètement écrasés, ce butin sera bel et bien notre […]. Si nous sommes contraints par l’adversaire à reculer, nous retournerons [. . .]. Ceux qui n’y retourneront pas, nous leur trancheront le cou ! »[15]

A travers ces deux règles, on constate tout d’abord que l’objectif d’une invasion change de priorité. Gengis khan inverse le système de conception de la récompense : le butin pour le butin ne suffit plus, c’est dans l’anéantissement de l’adversaire que le guerrier doit désormais combler sa soif de conquête. La victoire, par l’appropriation des terres et la soumission des peuples, devient totale, définitive et in fine, rémunératrice. Il s’agit également d’imposer aux soldats le retour au combat, sous peine d’être considéré comme un traître. Le châtiment mentionné porte d’ailleurs un sens extrêmement fort. Par la décapitation du soldat qui déserterait, le khan suscite la peur de voir son sang s’écouler, synonyme de rupture de la transmission de l’identité clanique selon les croyances chamanistes[16].

La discipline passe aussi par la rigueur, notamment celle liée au système d’entraînement, que Gengis khan élabore et met en place dès le début du XIII siècle. L’armée mongole doit aussi à ce dernier une nouvelle organisation en unités décimales de 10, 100 et 1000, pour optimiser la chaîne de commandement : un homme donne un ordre à une dizaine, puis ces dix hommes répercutent l’ordre sur les cents autres, et ainsi de suite[17]. Ce fonctionnement a également participé à l’introduction d’une profonde modification de la structure sociale, la subdivision clanique laissant place à la hiérarchie et la solidarité régimentaire[18]. Même au sommet de la sphère décisionnaire, le khan privilégie la participation de ses membres les plus éminents, les invitants à réfléchir avec lui aux stratégies et tactiques. Enfin, l’atout primordial de cette armée tenait en la capacité de ses chefs à faire preuve d’une perpétuelle adaptabilité technique[19]. Sous l’impulsion du khan et grâce à l’incorporation d’experts étrangers – arméniens, géorgiens, coréens -, les troupes mongoles réussissent peu à peu à maîtriser les technologies de siège de leur époque : sape de mine, trébuchet à traction puis à contrepoint[20]. Ces mêmes trébuchets pouvant jeter du naphte et des bombes explosives dès la campagne contre les Songs.

1200px-DiezAlbumsArmedRiders_II.jpg
Scène représentant des guerriers mongoles qui combattent, illustration de Rashid-ad-Din’s Gami’ at-tawarih, XIV siècle (auteur de la reproduction inconnu)

Il faut tout de même souligner le manque cruel de sources dont souffrent les études sur Gengis khan et plus communément sur l’art de la guerre des armées gengiskhanides. Abbès Zouacche, dans un compte-rendu, relève par exemple les limites d’un système de comparaison mis au point par un grand chercheur de l’histoire militaire de la Mongolie médiévale[21]. Ce dernier, dans son livre The Mongol Art of War, examine l’entraînement des armées du khan à la lumière de celui des Mamelouks ou des Kitan de la dynastie des Liao. Or, comme le souligne Zouacche, il est relativement difficile de comparer les cavaliers mongols, aux cavaliers Mamelouks qui, eux, “étaient sélectionnés, éduqués et entraînés pour la guerre”[22].

Ce sont d’ailleurs les Mamelouks qui finissent par briser le mythe d’invincibilité des armées mongoles, en stoppant l’avancée de Hülegü, frère du troisième successeur de Gengis khan. Alors qu’il poursuit sa conquête du nord de la Syrie, Hülegü subit une défaite cuisante le 3 septembre 1260 à ʿAyn Jālūt, face au sultan mamelouk al-Malik al-Muzaffar Qutuz. Après cette bataille, il faut attendre soixante ans de guerre pour qu’un traité de paix soit enfin signé en 1323 entre les Ilkhans, mongols de syrie, et leurs anciens ennemis[23]. Cet échec militaire marque par la même occasion une rupture politique : une partie des peuples du dār al-islām ne se verront plus imposer les lois et la culture des khans.

Une culture en transition


Au XIII siècle, la suprématie des mongols, dirigés par un khan, passe aussi par une domination politique et culturelle. Encore inconnu des grandes puissances à la fin du XII siècle, un empire nomade, plus tout à fait naissant, s’apprête et commencent déjà à soumettre des peuples sédentaires de la Chine ou du dār al-islām. Ainsi, par leur apparition en tant que force militaire, les mongols fracture l’histoire de l’Eurasie[24].

Comme toute domination par la force d’un peuple sur un autre, les invasions mongoles apportent avec elles une religion et des coutumes. L’Autre, ce conquérant étranger, devient de facto un puissant vecteur de diffusion culturelle, souvent perçu négativement par le vaincu. Il est alors intéressant d’observer les normes sociales et sociétales du premier, pour comprendre l’écart entre la réalité et l’image véhiculée par le second.

Parler de la culture mongole revient inévitablement à traiter en tout premier lieu la religiosité. Cette société se fonde en effet sur une religion, le chamanisme, impliquant un système de représentation extrêmement différent de celui des peuples qu’ils ont affrontés ou côtoyés. Au XII siècle, deux modes de vie distinguent les tribus mongoles. Il existe d’abord des chasseurs forestiers, qui pratiquent un chamanisme de chasse. Ceux-ci croient au principe d’un monde fondé sur l’échange matrimoniale entre les hommes et les esprits des animaux. Tandis que les humains se nourrissent de gibiers, les animaux absorbent la force vitale de ceux qui les chassent et les tuent. Le chamane, lui, est présent pour assurer le renouvellement de cet échange en se mariant à la fille de l’esprit de la forêt[25].

Cette forme ancienne d’organisation sociale tend néanmoins à évoluer dans l’empire mongol, notamment avec l’introduction de la pratique de l’élevage. Peu à peu, les “pasteurs de la steppes”[26] apparaissent aux côtés des forestiers, ou parfois les remplacent. Ce phénomène apporte une redéfinition des représentations : la valeur primordiale devient la filiation[27]. Les ancêtres se retrouvent propulsés au devant de la scène, dominant les cadets. Les chamanes, héritant de leur charge par leurs pères, garantissent la continuité et l’ordre au sein du clan, en maintenant la communication entre les vivants et l’esprit des morts.

Dès lors, les tribus se construisent et se déclinent en une grande variété de clans et de lignages, chacun respectant un système patrilinéaire, et ordonnant ses rapports internes selon une hiérarchie fondé sur l’âge. Tandis que le chef de clan remplit une fonction fédératrice afin de stimuler la cohésion d’une “communauté de chasse et de guerre”[28], les plus âgés assurent la gestion quotidienne. Par ailleurs, ces clans, avec l’extérieur, pratiquent un “système vindicatoire”[29] basé sur la vengeance, parfois dite “épique”[30].

Avec la récupération assez rapide des différents clans, l’assimilation progressive de peuples nouveaux et l’augmentation de la superficie de son territoire, Gengis khan modifie en profondeur la société qu’il entend désormais contrôler. Dès 1187, il pratique en effet une politique de détribalisation, où domine l’image d’une “adhésion volontaire et individuelle au futur khan”[31], entouré de nököd[32] ou compagnon d’arme. Gengis khan remplace la loyauté tribale par une loyauté à destination d’un chef, tout en maintenant une hiérarchie basée sur la primauté de la maturité de l’âge et continue d’encourager une promotion sociale en fonction de l’ancienneté dans un lignage donné. Toutes ces mesures tendent vers une seule fin : créer une communauté dont le but commun puisse dépasser les divisions claniques.

 

De Temüjin à Gengis Khan, l’accumulation des conquêtes et des invasions semble parfois obscurcir le fonctionnement d’une société non-sédentaire, hétérogène et décentralisée. Pourtant, les rouages de l’empire mongol ne manquent pas de complexité. Une complexité militaire et politique, mais aussi sociale et religieuse. Et cette complexité se trouve renforcer par la domination progressive de l’autorité et de la culture mongole sur d’autres peuples. La recherche démontre aujourd’hui, malgré un manque relatif de sources, qu’il a bel et bien existé un élan fédérateur à l’initiative de Gengis khan. Avec son avènement, la figure du qan (khan) passe de chef de clan tribal à dirigeant d’un territoire qui s’étend de la Mandchourie à la Hongrie. Sous son impulsion, autrement dit par son autorité militaire et sa volonté politique, la culture de sa jeunesse vacille peu à peu : du guerrier chasseur ou pasteur des steppes, il est devenu le conquérant d’un empire nomade et eurasien.

Bibliographie

May, Timothy. « Gengis Khan et le secret des conquêtes mongoles », Jean-Vincent Holeindre éd., La guerre. Des origines à nos jours. Editions Sciences Humaines, 2014, pp. 82-89.

Aigle, Denise. “Le Grand Jasaq De Gengis-Khan, L’empire, La Culture Mongole Et La Sharīʿa.” Journal of the Economic and Social History of the Orient, vol. 47, no. 1, 2004, pp. 31–79.

Morgan, D. O. “The ‘Great ‘Yāsā’ of Chingiz Khān’ and Mongol Law in the Īlkhānate.” Bulletin of the School of Oriental and African Studies, University of London, vol. 49, no. 1, 1986, pp. 163–176.

Florence Hodous. “The Quriltai as a Legal Institution in the Mongol Empire.” Central Asiatic Journal, vol. 56, 2013, pp. 87–102.

Abbès Zouache, « May Timothy, The Mongol art of War. Chinggis khan and the Mongol Military System », Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines [En ligne], 42 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2011

Notes

[1] Il s’agit ici d’un enfant qui avait été trouvé dans un camp de Tartars et recueillis pour être élevé aux côté de Gengis khan, comme s’il avait été son frère, voir Aigle, Denise. “Le Grand Jasaq De Gengis-Khan, L’empire, La Culture Mongole Et La Sharīʿa.” Journal of the Economic and Social History of the Orient, vol. 47, no. 1, 2004, pp. 31–79.

[2] Histoire secrète des Mongoles, §203

[3] Ibid

[4] Grande assemblée

[5]

[6] Un khan possède un patrimoine nommé ulus. Ce mot signifie un ensemble de gens, de peuples, donc un nombre donnéde territoires sur lesquels résident des feux nomades (ayil), voir Aigle, Denise. “Le Grand Jasaq De Gengis-Khan, L’empire, La Culture Mongole Et La Sharīʿa.” Journal of the Economic and Social History of the Orient, vol. 47, no. 1, 2004, pp. 31–79.

[7] Voir la critique […] au sujet de l’ouvrage de Hans Delbrück nommé Geschichte der Kriegskunt im Rahmen der politishcen Geschichte, Teil 3

[8] Nous abordons ici le début de notre raisonnement sur la loi et la justice au sein de l’empire mongole. Comme l’a démontré D.O Morgan dans son article “The Great “Yāsā” of Chingiz Khān and Mongol Law in the Īlkhānate”, on ne peut affirmer clairement, dû au manque de source, qu’il existe une “loi mongole”, une “loi” ou une “ordonnance”. Ainsi, le raisonnement de l’article ne reprend pas les affirmations de Petis de la Croix ou de Jean de Plan Carpin, mais insiste sur l’idée avancée par D.O. Morgane d’une superposition d’éléments qui soutiennent un effort de centralisation par Gengis khan.

[9] May, Timothy. « Gengis Khan et le secret des conquêtes mongoles », Jean-Vincent Holeindre éd., La guerre. Des origines à nos jours. Editions Sciences Humaines, 2014, pp. 82-89.

[10] Aigle, Denise. “Le Grand Jasaq De Gengis-Khan, L’empire, La Culture Mongole Et La Sharīʿa.” Journal of the Economic and Social History of the Orient, vol. 47, no. 1, 2004, pp. 31–79.

[11] Les doutes du gouverneur devaient probablement être fondés puisque les caravanes mongoles servaient de courroie de transmission de l’information, voir May, Timothy. « Gengis Khan et le secret des conquêtes mongoles », Jean-Vincent Holeindre éd., La guerre. Des origines à nos jours. Editions Sciences Humaines, 2014, pp. 82-89.

[12] Ibid

[13] Abbès Zouache, « May Timothy, The Mongol art of War. Chinggis khan and the Mongol Military System », Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines [En ligne], 42 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2011

[14] Denise Aigle, dans son article, parle même d’ « édit impériaux », voir : “Le Grand Jasaq De Gengis-Khan, L’empire, La Culture Mongole Et La Sharīʿa.” Journal of the Economic and Social History of the Orient, vol. 47, no. 1, 2004, pp. 33-34.

[15] Aigle, Denise. “Le Grand Jasaq De Gengis-Khan, L’empire, La Culture Mongole Et La Sharīʿa.” Journal of the Economic and Social History of the Orient, vol. 47, no. 1, 2004, pp. 54.

[16] Idem, p. 49

[17] May, Timothy. « Gengis Khan et le secret des conquêtes mongoles », Jean-Vincent Holeindre éd., La guerre. Des origines à nos jours. Editions Sciences Humaines, 2014, pp. 82-89.

[18] Abbès Zouache, « May Timothy, The Mongol art of War. Chinggis khan and the Mongol Military System », Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines [En ligne], 42 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2011

[19] Idem, paragraphe 8

[20] Ibid

[21] Ibid

[22] Ibid

[23] Aigle, Denise. “Le Grand Jasaq De Gengis-Khan, L’empire, La Culture Mongole Et La Sharīʿa.” Journal of the Economic and Social History of the Orient, vol. 47, no. 1, 2004, p.35

[24] Idem, p.32

[25] Idem, p.49

[26] Ibid

[27] Ibid

[28] Ibid

[29] Idem, p.33

[30] Ibid

[31] Idem, pp.50-51

[32] Terme qui désigne au XI et XII siècle celui qui quitte sa famille pour se mettre au service d’un autre chef, une de leur caractéristique étant la loyauté et le talent, voir Aigle, Denise. “Le Grand Jasaq De Gengis-Khan, L’empire, La Culture Mongole Et La Sharīʿa.” Journal of the Economic and Social History of the Orient, vol. 47, no. 1, 2004, pp.50-51

2 réflexions sur “Gengis Khan, du guerrier des steppes au conquérant de l’Eurasie

  1. Bien entendu. Mais travailler dans le domaine de l’Histoire, comme nous le faisons ici, c’est aussi rester objectif dans les sujets étudiés et laisser de côté tout avis personnel. Nous expliquons pour comprendre, et non pas pour légitimer un point de vue personnel.

    Etudier la guerre, c’est aussi un moyen de comprendre pourquoi celle-ci continue de perdurer, malgré toute son atrocité et sa sauvagerie connues de toutes et tous. Il s’agit par ailleurs d’un excellent moyen de réfléchir aux tenants et aboutissants d’un conflit et d’œuvrer à sa résolution ou même à l’empêcher d’avoir lieu.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s