La guerre de Sécession

Dans la continuité de la dernière chronique « Jeudi culture », ce lundi « Stratégie & tactique » concerne la guerre de Sécession.

Un aspect de celle-ci, peu abordé de notre côté de l’Atlantique, est le bushwacking, la lutte irrégulière que se menèrent les partisans de l’Union (pro-abolition) au Kansas et ceux de la Confédération dans le Missouri (pro-esclavage). Cette forme de guerre non conventionnelle opposa des bandes armées qui rivalisèrent de violences et de terreur en ciblant spécifiquement les partisans de la cause adverse. Bien entendu, ces affrontements étaient aussi un prétexte à des atrocités contre les civils. En effet, les Jayhawkers pro-Union et les Bushwackers pro-Confédération pratiquaient le brigandage et pouvaient ainsi mettre à sac des villes entières et massacrer de nombreux habitants en raison de leur sympathie pour l’une ou l’autre cause.

Ces bandes, dont les membres ne portaient pas forcément d’uniformes, menaient majoritairement des actions de guérilla, quoique limitées en ampleur. Néanmoins, par moment, elles pouvaient aussi se réunir pour mener des opérations de plus grande envergure. Elles privilégiaient alors la tactique du swarming, consistant à évoluer indépendamment les unes des autres avant de se réunir une fois l’objectif en vue. Cela leur permettait d’être difficilement repérables et donc interceptables. Ce gain de mobilité était aussi synonyme d’effet de surprise. Les deux camps usaient, par ailleurs, d’autres stratagèmes afin de tromper leurs adversaires. Ainsi, les Bushwhackers confédérés pouvaient porter des uniformes nordistes et copier leurs sonneries de clairon afin de mettre en confiance leurs victimes et éviter une défense acharnée.

Certaines de ces unités furent incorporées dans les armées régulières, notamment dans les régiments de cavalerie du Kansas (Union), ou servirent d’auxiliaires dans une stratégie d’attrition, leurs chefs recevant alors des grades. C’est le cas du capitaine confédéré William Quantrill, tristement célèbre pour le sac de la ville de Lawrence, dans le Kansas, le 21 août 1863. Néanmoins, de telles exactions firent perdre à certains groupes le soutien gouvernemental qui leur était accordé.

La fin de la guerre de Sécession marqua le déclin de ces bandes. Cependant, quelques-uns de leurs membres, notamment chez les anciens partisans de la Confédération, continuèrent leurs déprédations et violences. Certains de ces hors-la-loi atteindront la notoriété, comme les fameux frères Frank et Jesse James.

Le Bushwacking fut mis en scène dans le tome 36 de la bande dessinée Les Tuniques Bleues, intitulé Quantrill, ainsi que dans plusieurs films comme dans Josey Wales Hors-la-Loi de et avec Clint Eastwood en 1976 ou encore dans Chevauchée avec le diable de Ang Lee en 1999.

Laisser un commentaire