Comme une lettre (polonaise) à la Poste (anglaise) !

Le courrier écrit, important moyen de communication depuis la nuit des temps, est également un moyen de propagande puissant, et donc autant d’armes pour encore une fois galvaniser les troupes. On profite aussi de cette possibilité en illustrant les enveloppes et les timbres de dessins motivants.

La terre d’exil de l’armée polonaise, l’Angleterre, accorde la faveur à cette dernière de créer des timbres aux inscriptions et illustrations polonaises affranchies en Grosze (centimes des Zlotys). Voici un petit résumé de cette histoire postale en exil et quelques exemples illustrés. Cette liste est non-exhaustive.

Devant le nombre de soldats polonais présents en Ecosse à partir de 1940, un bureau postal spécifique pour le 1er Corps polonais (Biuro Pocztowe 1 Korpusu) est ouvert à Glasgow à partir du 28 septembre, afin d’aider les Britanniques qui recevaient des lettres aux noms « imprononçables » !

Pour les envois terrestres intérieurs polonais , le timbre était cacheté avec la mention « Field Post », (Poste de campagne ). Les affranchissements de ces lettres étaient de formes arrondies, comportant l’Aigle couronné (emblème polonais) et étaient bilingues (Polonais/Anglais).

A partir de 1941, l’Angleterre accorde au gouvernement polonais en exil, la faveur d’imprimer des timbres spécifiques pour ses unités.

Toutefois, les deux conditions suivantes doivent être réunies :

• que la souveraineté de l’Empire britannique ne soit pas mise en danger ;
• que les timbres ainsi que le système postal soient conformes aux règles de l’Union Postale Universelle, dont la Pologne est membre.

Une proposition de timbres est faite en septembre 1941 et un accord trouvé entre les deux parties en décembre 1941. (Gouvernement polonais en exil/Ministère britannique de l’Information, Département « Postes et Télégraphes »).


Ces premiers timbres sont dessinés par le Flight Lieutenant Artur Horowicz, et avaient la mention « Poczta Polska » (Poste polonaise) et sont imprimés par la firme Wilkinson & Company à Bradbury. Le 15 décembre de cette même année, le premier tirage de ces timbres est vendu.

Cette première série de timbres représente des scènes de ruines de bâtiments à Varsovie en 1939 ou encore des scènes de la vie militaire quotidienne.

L’Ambassade et les bateaux polonais étant les seuls « bâtiments « à être des sièges légaux de l’Etat polonais au Royaume-Uni, on décida qu’ils serviraient de bureaux postaux.

Pour des raisons pratiques, seuls les navires furent utilisés. Ceux-ci avaient un numéro d’agence postale, qui se retrouvait sur les affranchissements.

Leur mention était :

« Polska Marynarka Handlowa » (marine marchande polonaise)
Jour/Mois/Année-Numéro d’agence postale (suivant bateau)
« Agencja Postowa » (agence postale)

Note : La première mention pouvait être remplacée par « Polska Marynarka Wojenna » (marine de guerre polonaise.

6
Exemple d’affranchissement postal sur bateau

De ce fait, un officier à bord de chaque vaisseau était en charge de cette mission postale, et de toutes les tâches y afférent ; affranchissements, instructions, paiements…


En plus de la Censure militaire (Censura Wojskowe imposée sur toute correspondance militaire sortante, et pour respecter le secret des emplacements militaires, il était obligatoire de faire usage de cryptonymes, c-à-d un codage qui empêchait de retrouver l’unité des destinataires.

Ce codage, valable à partir du 16 octobre 1940, se présentait de la manière suivante : Grade, Nom et Prénom (pseudo ou pas), suivis en dessous par «Polish Forces», et encore en dessous « 260/xx » ou « P/xx » (« P » à partir du 21 novembre 1940) suivant la période postale.
Les « xx » représentent des chiffres de codification des unités et leur localisation.
Par exemple : P/40R était la codification pour le Traffic Control Squadron.(Unité de Z.Sawicki).

Parallèlement à cela, par mesure de protection, de nombreux soldats polonais avaient pris un pseudonyme afin d’éviter des représailles envers la famille en cas de capture. Cela posera parfois problème pour retrouver un correspondant et en cas de décès pour l’identification véritable des victimes.

De plus, il n’était pas permis suivant la loi anglaise d’envoyer du courrier dans les pays ennemis (Allemagne, Japon, Italie) ou occupés par l’ennemi (Pologne, France, Belgique…). Cependant, nombre de publicités présentes dans les journaux offraient le service, également payant, de faire transférer du courrier par des agents privés par des pays neutres.

L’adresse de retour de ces courriers se situait à Lisbonne au Portugal, en Suisse ou encore en Suède. La Croix-Rouge polonaise servait également de boîte aux lettres de par son adresse secondaire également au Portugal.

D’autres motifs de timbres seront imprimés dans les années qui suivirent comme ceux représentant des blindés avec les symboles de la RAF polonaise et les parachutistes (1944), le Général Anders, commandant du 2ème Corps polonais (Monte-Cassino).


Peu après la fin de la guerre, le 11 juillet 1945, les agences postales polonaises situées sur les bateaux fermèrent leurs portes ou leur sas ! Les codes furent progressivement remplacés par les adresses en clair, la guerre étant terminée.

Cependant, le gouvernement polonais en exil avait déjà préparé en 1945 des timbres pour quand il rentrerait en Pologne. Mais le 25 juillet de cette même année, les Gouvernements anglais et américains reconnaissent le Gouvernement en Pologne communiste, donc désavouent du jour au lendemain leurs anciens alliés.

Ces timbres ne sortiront jamais dans le commerce et deviendront, comme tous les objets passés de mode, des pièces de collection. Une page historique avait été tournée, et la dernière page d’un album de timbres temporaires aussi.


Timbres de la Croix-Rouge polonaise(Polski Czerwony Krzyz)

Déjà présente à Paris en 1939, un timbre fut imprimé en textes bilingues, Croix-Rouge polonaise/ Polski Czerwony Krzyz, était vendu pour la somme de 1 F de l’époque.

20
(17)

Installée également à Londres à partir de 1940, elle se trouvait Belgrave Square, et publiait toujours avec cette même autorisation du Gouvernement britannique, trois types de timbres.
Ceux-ci, étaient complété par les termes »Polski Czerwony Krzyz » (Croix-Rouge polonaise) et par le symbole graphique de celle-ci, connu internationalement. Leur fin de la guerre terminera aussi leur histoire temporaire.

 


Légende des illustrations des timbres ci-avants, prix et nombres d’exemplaires tirés :

1- Ruines de l’Ambassade des USA à Varsovie en 1939,
Armoiries de l’Etat polonais, 5 Grz, 675.000 exemplaires.
2- Ruines du Ministère des Finances à Varsovie, 1939, 10 Grz, 280.000 exemplaires.
3- Monuments du poète Michiewicz, (célèbre poète polonais) à Cracovie, 1940,
25 Grz, 220.000 exemplaires.
4- La place du Palais royal détruit à Varsovie ,1939, 55 Grz, 170.000 exemplaires.
5- Soldats polonais à l’entraînement, 75 Grz, 140.000 exemplaires.
6- Tank léger type « Valentine », 80 Grz, 140.000 exemplaires.
7- Chasseurs type « Hurricane » et Bombardiers type « Wellington » sur un terrain
d’aviation polonais en Angleterre, 1 Zl, 140.000 exemplaires.
8- Sous-marin polonais « Orzel » (Aigle), 1Zl 50 Grz, 140.000 exemplaires.
9- Bombardier léger et sous-marin dans la bataille de l’Atlantique, 5 Grz, 600.000 exemplaires.
10- Marine marchande : pavillon polonais, 10 Grz, 400.000 exemplaires, 1943.
11- Canons antichars pendant la campagne de France 1939/1940, 25 Grz, 400.000 exemplaires.
12- Troupes polonaises à Narvik (Norvège), 1940, 55 Grz, 400.000 exemplaires, 12/09/43.
13- Troupes polonaises sur la route de Tobrouk en Libye, 1941-1942, 75 Grz,
200.000 exemplaires, 09/09/43.
14- Le Général Sikorski inspectant les troupes polonaises au Moyen-Orient, 1943,
80 Grz, 200.000 exemplaires, 04/10/43 (Timbre Posthume).
15- Partisans sabotant une ligne de chemin de fer. 1 Zl , 200.000 exemplaires, 27/07/43.
16- Impression d’un journal clandestin en Pologne., 1 Zl 50 Grz, 200.000 exemplaires, 09/09/43.
17-Timbre français pour la Croix-Rouge polonaise
18-Soldat polonais armé d’un fusil
19-Bombardier polonais
20-Cuirassé polonais


Sources :

-Timbres : Collection privée Gilles Lapers

-Fédération nationale des résistants (FIR), La résistance antihitlérienne à travers les timbres, Agencja Wydawnica « Ruch », Varsovie (Pologne) v.p. 291-1971, Pages 149/150/151

– Georges K.Kay et Ron Negus, Polish Exile Mail in great-Britain 1939-1949, Editions J Barefood ltd, PO box 8 ,York, YO3 7GL (s.d.), ISBN 0 906845 52 1

Gilles Lapers-Décembre 2006

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s