Nankin, l’atrocité par les armes

Il est 4 heures et 50 minutes du matin, le 14 décembre 1937. Le 38e régiment de la 13e brigade reçoit un ordre : « à toutes les unités, tout prisonnier de guerre est formellement interdit jusqu’à nouvel ordre de la division ». Le même jour, le lieutenant Masahisa, 1re compagnie 2e bataillon d’artillerie lourde, reçoit un ordre du quartier général : « Les prisonniers … Continuer de lire Nankin, l’atrocité par les armes