De l’arc au sabre : lorsque l’évolution sociétale influence la tactique militaire du Japon médiéval

De nos jours, lorsque nous parlons du Japon médiéval, il est difficile de ne pas avoir en tête l’image du « samurai » 侍[1] et de ses sabres. En effet, sur l’archipel, la fin du Moyen-âge (seizième siècle) est marquée par de très nombreux combats à l’arme blanche et le début de son remplacement par l’arquebuse. Néanmoins, l’arsenal guerrier japonais est bien plus varié que ce que nous, occidentaux, tendons à nous imaginer, et ce en particulier durant les époques antique et médiévale. Nous remarquons, par exemple, que les moines-guerriers, sōhei 僧兵, sont connus pour leur usage de lances comme le naginata 長刀[2]. Durant des siècles, l’arme favorite, celle qui est utilisée par les troupes impériales, les gardes de la capitale, les « guerriers professionnels », n’était ainsi pas le sabre, mais l’arc. Ce que nous pouvons considérer comme l’ancêtre du si célèbre bushidō 武士道, « la Voie des Guerriers », était alors appelé kyūba no michi 弓馬の道, « la Voie de l’Arc et du Cheval ». Nous pouvons ainsi nous demander comment le champ de bataille s’est transformé d’un combat où arcs et flèches étaient décisifs, à des mêlées à l’arme blanche.

Exemple d’une bataille en mêlée – Extrait d’une copie datant de 1854 d’un paravent créé en 1620 par Kanō Sadanobu 狩野貞信 (1597-1623) représentant la bataille de Sekigahara (1600) https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9f/Sekigaharascreen.jpg

Présentement, nous pouvons reconstituer de manière plutôt certaine le déroulement d’une bataille type de la fin de l’Antiquité japonaise (douzième siècle). En effet, bien que l’époque Heian 平安時代 (794-1185) ait été relativement paisible, la transition vers le Moyen-âge au douzième siècle fut conflictuelle et nous pouvons observer de nombreux exemples de batailles de petite et moyenne envergure (quelques centaines ou milliers de participants) qui nous permettent d’établir une sorte de pattern des différentes phases de combats. Ceux-ci commençaient ainsi par un ya awase 矢合わせ, un échange de flèches rituel organisé entre les deux groupes armés s’opposant afin de marquer le début d’une bataille « officielle »[3]. De manière générale, les partis établissaient un lieu et un jour de rendez-vous. Les deux forces armées se faisaient face, disposées derrières des rangées de boucliers dressés avec entre cinquante et soixante-dix mètres entre eux. Et, entre cinq et sept heure du matin, soit durant « l’heure du lapin », u no koku 卯の刻[4], des cris de guerre, toki no koe 鬨の声, résonnaient trois fois avant que les guerriers d’un premier camp, usuellement à cheval, tirent sur leurs adversaires une volée de kaburaya 鏑矢, des « flèches à tête en forme de navet ». Disposant d’un embout rond généralement taillé dans une corne de daim ou dans du bois, elles provoquaient un sifflement lorsqu’elles étaient tirées. L’autre parti répondait, de même, avec une volée de flèches « sifflantes », et le combat pouvait commencer.

Représentation d’une kaburaya – Ise Sadatake (1718-1784)
https://dl.ndl.go.jp/info:ndljp/pid/1021774/69

La phase suivante, nommée tatetsuki ikusa 楯突戦 soit « bataille de boucliers dressés », se déroulait également au tir à l’arc : les guerriers s’envoyaient des volées de tōya 遠矢, « flèches de longue distance », qui étaient relativement plus fines, avec de plus petites plumes, et faites pour atteindre l’ennemi au-delà des rangées de boucliers. Puis, si le tir à distance ne suffisait pas, le combat pouvait se transformer en un hasekumi ikusa 馳組戦, une « bataille de galop en groupe », durant laquelle les cavaliers d’un des deux partis sortaient à découvert et chevauchaient en cercle autour de leur ennemi tout en leur tirant dessus. Ainsi, même s’il arrivait que les combats comportent des mêlées, ils se commençaient et se finissaient principalement grâce au tir à l’arc.

Néanmoins, durant la seconde moitié du douzième siècle, et notamment durant le conflit de Genpei, Genpei no sōran 源平の争乱 (1180-1185)[5], les batailles « officielles » se firent de plus en plus nombreuses et comportèrent de plus en plus de participants. Et, avec ces changements, nous pouvons observer que de nouvelles tactiques militaires apparurent, comme par exemple l’attaque surprise ou encore l’attaque nocturne qui étaient auparavant principalement utilisées par les brigands et les pirates mais pas de manière générale dans les conflits armés[6]. En outre, à partir de cette seconde moitié du douzième siècle quelque peu sanglante, furent compilés des textes épiques, gunki monogatari 軍記物語, qui vont alors populariser ces nouvelles tactiques sur l’ensemble de l’archipel. Le champ de bataille japonais évolua progressivement et, de l’usage majeur du tir à l’arc, entra dans une période d’apogée de l’arme blanche et de la mêlée.

Toutefois, contrairement au seizième siècle et son arrivée des armes à feu sur l’archipel, ce qui vint changer aussi profondément le champ de bataille japonais ne fut pas un progrès technologique, mais une évolution sociologique. En effet, lorsque nous étudions les textes de ce début d’époque médiévale japonaise, nous pouvons remarquer qu’avec le changement d’envergure des batailles, de nouveaux objectifs guerriers apparurent. Le guerrier de l’époque antique participait aux conflits armés car, soit il s’agissait de sa profession, soit il souhaitait protéger ses terres, sa famille, ses possessions… Cependant, avec le conflit de Genpei, les armées se firent plus grandes : de nombreux paysans et guerriers locaux étaient recrutés sur le chemin de la bataille. Généralement peu formés au combat, ils venaient se battre afin d’obtenir des récompenses, usuellement pécuniaires mais qui pouvaient également être une promotion, des terres, ou encore une protection seigneuriale. Or, lorsqu’il s’agissait de groupes armés « officiels », si le guerrier souhait obtenir une récompense, il devait faire ses preuves sur le champ de bataille en accomplissant un exploit guerrier.

Descente du chemin de montagne Hiyodorigoe lors de l’attaque des troupes Minamoto contre le camp militaire Taira d’Ichi no Tani (1184) – Kaihō Yūshō 海北友松 (1533-1615)
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/80/Genpei_Kassen_Ezu.4_Ichinotani.jpg

L’une des manières de se faire remarquer sur le champ de bataille de cette époque était de faire preuve de son courage en lançant l’assaut contre l’ennemi lors d’une phase de type hasekumi ikusa, en l’abordant de front en premier. Ainsi, afin d’obtenir ce premier sang « direct », des guerriers d’un même camp se lançaient à cheval sur leurs ennemis tout en faisant la course, sans aucunement se soucier des dangers qu’ils encouraient, mais surtout de plus en plus sans observer une phase première de tir à l’arc derrière les boucliers : ces charges initiaient la bataille. Nous pouvons observer que l’une des premières occurrences de ce type de course eut lieu durant le conflit de Genpei à la bataille d’Ichi no Tani 一ノ谷 (1184) : les troupes de Tada Yukitsuna 多田行綱 (dates inconnues, douzième siècle) -ou de Minamoto no Yoshitsune 源義経 (1159-1189) selon la source- se disputant afin d’arriver en premier, ne se souciant absolument pas de la topographie dangereuse du chemin de montagne qu’ils étaient en train de dévaler à toute allure à cheval. Ce type de course fut notamment popularisé durant les deux tentatives d’invasions mongoles de 1274 et 1281. Nous pouvons donc constater un premier changement sur le champ de bataille : le cavalier ne tire plus ses flèches derrière les rangées de boucliers, il mène activement à l’assaut dès le début du combat afin de faire preuve de son courage et obtenir une récompense.

Takezaki Suenaga 竹崎 季長 (1246-1314) se jetant sur les troupes mongoles – Extrait des Rouleaux illustrés des invasions mongoles, Mōko shūrai ekotoba 『蒙古襲来絵詞』, auteur inconnu, treizième siècle https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/31/Takezaki_suenaga_ekotoba_1-2.jpg

Cependant, la manière la plus notable d’accomplir un exploit guerrier était de prendre la tête de son ennemi. Originellement, le parti vainqueur, généralement celui des troupes impériales, récupérait les têtes des chefs ou généraux du parti adverse afin de prouver que le traître ou le rebelle était bel et bien mort. Les têtes étaient mises sur des piques, paradées dans les rues de la capitale, et enfin plantées devant l’une des portes de la ville afin d’être affichées en guise d’avertissement pour d’éventuels rebelles, mais également en guise de punition pour les morts. Ainsi, le fait de prendre la tête d’un ennemi, et surtout d’un ennemi haut gradé, se démocratisa petit à petit dans le Japon médiéval comme preuve ultime d’accomplissement d’un exploit guerrier. La pratique devint tellement courante qu’apparurent sur les champs de batailles des « juges de têtes » à qui les guerriers amenaient leurs prises. Ces « juges » observaient les têtes et notaient les récompenses qui seraient attribuées après les combats selon plusieurs critères comme le rang du mort, sa grimace, ou encore sa coiffure. Or, dans le but d’obtenir « facilement » la tête de son ennemi, une seule solution s’offrait au guerrier : le corps à corps. 

L’attaque du Pavillon de la Troisième avenue par les troupes Minamoto durant le conflit de Heiji (1159), des guerrier paradant des têtes d’ennemis vaincus sur des lances sont représentés sur la gauche -Extrait des Rouleaux illustrés du Dit de Heiji (rouleau de l’attaque du Pavillon de la Troisième avenue), Heiji monogatari emaki (Sanjōden yaki.uchi) 平治物語絵巻(三条殿焼討), auteur inconnu, treizième siècle
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/ee/Heiji_Monogatari_Emaki_-_Sanjo_scroll_part_6.jpg
Représentation de « juges de têtes » – Extrait d’une copie datant de 1854 d’un paravent créé en 1620 par Kanō Sadanobu 狩野貞信 (1597-1623) représentant la bataille de Sekigahara (1600) https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9f/Sekigaharascreen.jpg

Ainsi, le champ de bataille évolua progressivement vers un usage majeur de l’arme blanche et des tactiques de mêlées, qu’elles soient entre cavaliers ou fantassins. Avec cet abandon de l’arc pour le sabre, le visage du champ de bataille du Japon médiéval s’est profondément modifié. Néanmoins, contrairement au seizième siècle et l’arrivée de l’arquebuse européenne sur l’archipel, la cause de ce changement ne fut pas une évolution technologique, mais un changement sociétal. En effet, l’usage majeur de l’arme blanche ne fut pas, en soit, dû à un progrès technique ou à une avancée tactique particulière, mais bel et bien à l’évolution des motivations des combattants. Avec la participation de classes sociales plus diverses, les objectifs et ainsi les manières de se battre des guerriers évoluèrent à tel point que l’entièreté du champ de bataille médiéval japonais changea de visage, abandonnant alors l’arc pour saisir le sabre.

Bibliographie sélective :

Azuma kagami 1 Yoritomo no kyohei  吾妻鏡1頼朝の挙兵 (« Le Miroir de l’Est 1 La mobilisation de l’armée de Yoritomo »), Tōkyō, Yoshikawa Kōbunkan 吉川弘文館, 2016 (1ère éd., 2007), 210 p. Compilé et traduit en japonais contemporain par GOMI Fumihiko 五味文彦 et HONGŌ Kazuto 本郷和人.

Azuma kagami 2 Heishi metsubō 吾妻鏡2平氏滅亡 (« Le Miroir de l’Est 2 L’anéantissement des Heishi »), Tōkyō, Yoshikawa Kōbunkan 吉川弘文館, 2012 (1ère éd., 2008), 244 p. Compilé et traduit en japonais contemporain par GOMI Fumihiko 五味文彦 et HONGŌ Kazuto 本郷和人.

Genpei Seisuiki 源平盛衰記 (« Dit des vicissitudes des Taira et des Minamoto »), Tōkyō, Kokumin bunko kankōkai 国民文庫刊行會, 1910, 1210 p.

Heike monogatari kakuichibon zen  平家物語 覚一本 全 (Le dit des Heiké), Tōkyō, Muzōno shoin 武蔵野書院, 2013, 490 p. Annoté par ŌTSU Yūichi 大津雄一et HIRAFUJI Sachi 平藤幸.

Hōgen monogatari Heiji monogatari Jōkyūki Shin.nihon koten bungaku taikei 43 保元物語 平治物語 承久記 新日本古典文学大系43 (« Le Dit de Hōgen, Le Dit de Heiji, Chronique des troubles de l’ère Jōkyū, nouvelle collection complète de la littérature classique japonaise 43 »), Tōkyō, Iwanami shoten 岩波書店, 1999 (1ère éd., 1992), 614 p. Annoté par KUBOTA Jun 久保田淳, KUSAKA Tsutomu 日下力, MASUDA Takashi 益田宗 et TOCHIGI Yoshida 栃木孝惟.

Shiryō tsūran – Heihanki ni  資料通覧・兵範記二 (« Coup d’œil sur les sources,notes journalières du chef du département des Affaires militaires Nobunori volume 2 »), Nihon shiseki hozon kaihen 日本史籍保存会編, Tōkyō, Yūbunsha 友文社, 1915, 346 p. 

-DAUVERGNE Cécile, L’Evolution des pouvoirs politique et poétique du clan Taira durant la seconde moitié du XIIème siècle, mémoire de fin de master LLCER spécialité « Etudes japonaises » parcours « Recherche » de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, 2018, 253 p.

-FUKUDA Toyohiko 福田豊彦 et SEKI Yukihiko 関幸彦, Genpei gassen jiten 源平合戦事典 (« Dictionnaire du conflit de Genpei »), Tōkyō, Yoshikawa Kōbunkan 吉川弘文館, 2006, 350 p. 

-FUJIWARA (Kujō) Kanezane 藤原(九条)兼実, Kujō kebon gyokuyō 7 九条家本玉葉7 (« Livre des feuilles précieuses du clan de la neuvième avenue, tome 7 »), Tōkyō, Kunaichō shoryōbu 宮内庁書陵部, 2001, 343 p. 

-FUJIWARA (Kujō) Kanezane 藤原(九条)兼実, Kujō kebon gyokuyō 8 九条家本玉葉8 (« Livre des feuilles précieuses du clan de la neuvième avenue, tome 8 »), Tōkyō, Kunaichō shoryōbu 宮内庁書陵部, 2002, 302 p.

-FUJIWARA (Kujō) Kanezane 藤原(九条)兼実, Kujō kebon gyokuyō 9 九条家本玉葉9 (« Livre des feuilles précieuses du clan de la neuvième avenue, tome 9 »), Tōkyō, Kunaichō shoryōbu 宮内庁書陵部, 2003, 348 p. 

-JIEN 慈円, Gukanshō 愚管抄 (« Mes vues sur l’Histoire »), Tōkyō, Kōdansha 講談社, 2017 (1ère éd., 2012), 445 p. Traduit en japonais contemporain et annoté par ŌSUMI Kazuo 大隅和夫.

-KANEKO Tsunenori 金子常規, Heiki to senjutsu no nihonshi 兵器と戦術の日本史 (« Histoire japonaise de l’armement et de la tactique »), Tōkyō, Chūō Kōron Shinsha 中央公論新社, 2014, 319 p.

-KONDŌ Yoshikazu 近藤好和, Yumiya to tōken – Chūsei gassen no jitsuzō 弓矢と刀剣・中世合戦の実像 (« Arc et flèche et armes blanches – Le vrai visage des conflits médiévaux »), Tōkyō, Yoshikawa Kōbunkan 吉川弘文館, 2017 (1ère éd. 1997), 232 p.

-TOBE Tamio 戸部民夫, Nihon buki – bugu jiten 日本武器・武具事典 (« Dictionnaire de l’armement et de la panoplie du guerrier japonais »), Tōkyō, KK besuto serāzu ベストセラーズ, 2016, 276 p.

-UESUGI Kazuhiko 上杉和彦, Genpei no sōran 源平の争乱 (« Le conflit de Genpei »), Tōkyō, Yoshikawa Kōbunkan 吉川弘文館, 2007, 272 p.


[1] Il est plus correct de parler de bushi 武士 que de samurai lorsque l’on veut désigner de manière générale les guerriers japonais.

[2] Aussi écrit 薙刀.

[3] Nous appellerons ici bataille « officielle » tout combat se déroulant entre des troupes obéissant à la maison impériale ou à l’une des familles ou clans majeurs du Japon antique ou médiéval.

[4] Le cadran horaire du Japon antique et médiéval était séparé en douze périodes d’environ deux heures et nommées selon les douze animaux du zodiaque chinois.

[5] Le terme « Genpei » est issu des lectures on 音読み des caractères des deux clans principaux ayant participé militairement et politiquement au conflit, soit les Minamoto (源 ou Genji 源氏) et les Taira (平 ou Heishi 平氏). Toutefois, ce conflit ne se résume pas à une dualité : plusieurs branches de ces deux clans se sont affrontées, parfois entre elles, et d’autres acteurs comme la maison impériale ou encore les Fujiwara 藤原 étaient fortement impliqués.

[6] Il était à l’époque extrêmement important de respecter les précédents (chinois ou japonais), ces stratagèmes n’en faisant pas partie, ils ne furent pas activement employés par des troupes « officielles » avant les années 1150.

Laisser un commentaire